Et si on décidait d’être heureux ?

C’est un peu n’importe quoi les cours de philo en ce moment, le prof ne fait que digressions. Ce qui pourrait être expliqué en 10 mn prend une heure… C’est peut-être fait exprès pour nous apprendre à patienter? Il y a quand même cette leçon intéressante sur le bonheur.

Sur le chemin du bonheur…

Oh, Happy Days!

Il y a deux types de choses qui peuvent nous mettre en joie:

  • On est content quand on a répondu à nos attentes. Cela peut créer de la jalousie autour de nous ou en inspirer d’autres.
  • On est satisfait quand nos besoins sont réalisés (comme manger par exemple).

Mais être heureux, c’est un choix! Je conçois que c’est dur à imaginer quand on a passé une journée de merde ou selon ce qu’on vit en ce moment.

Seulement, si on décide d’être heureux, on fait en sorte que le contentement soit cette pensée consciente qui peut changer tout le reste; qu’importe si nos besoins ou nos attentes ne sont pas satisfaits.

Par définition, le contentement, c’est un état ou un sentiment de quelqu’un qui ne désire rien de plus ; satisfaction vive et durable ; plaisir, joie.

Allez, on sourit
Allez, on sourit!

C’est bien mignon mais comment faire?

Le prof dit :

“There is no suffering or happiness, it is an experience and something will come out of it.”

« Decide in the morning, today I want …« 

Je retrouve un peu ce concept dans la pratique du Miracle Morning avec les affirmations et la visualisation. Je décide dès le réveil et me persuade en le répétant à haute voix que je vais passer une bonne journée et que je suis contente d’être ici par exemple. Même si les choses ne se passent pas comme prévu (exemple bateau: j’ai foiré le comptage de respirations pour expliquer les postures ce matin), ça ne m’empêchera pas de passer une bonne journée parce que j’ai décidé que ça serait une bonne journée, qu’importe ce qui se passe.

« Let tomorrow be better than today  »

Les deux profs disent: “Visualisez, planifiez alors seulement les choses vont se dérouler comme prévu”. Certes, il y a des aléas mais au moins on saura gérer parce qu’on a le plan en tête.

Cela semble vraiment facile à dire, surtout qu’ici je suis loin de toute source de stress du quotidien, du boulot, des enfants etc… Je crois aussi que je commence à devenir vraiment perchée!

Mais jouez-le jeu : soyez convaincu que vous que vous êtes heureux et souriez!

« N’attendez pas d’être heureux pour sourire, souriez plutôt afin d’être heureux. Edward L. Kramer

Une réflexion sur “Et si on décidait d’être heureux ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s